(untitled)

En 1918, le cinéaste Robert Flaherty présente à la New York Geographical Society des séquences de son film sur la vie dans le Grand Nord dans l'espoir d’obtenir des fonds pour l’aider à financer le processus coûteux de transfert sur support négatif (Flaherty avait accidentellement mis le feu à plus de 9 000 mètres de négatifs inflammables, le laissant avec une seule impression du film, en mauvais état). Bruno Weyers, l'agent de HBC à New York, est dans la salle lors de la projection. Le film lui plaît tellement qu’il propose à HBC de l'utiliser dans le cadre de la célébration du 250anniversaire de la Compagnie.

HBC est emballée par l’idée, mais au lieu d'utiliser le film de Flaherty, la Compagnie décide de produire son propre film. Pour ce faire, elle acquiert  la société cinématographique Educational Films et nomme H.M. Wyckoff à titre de réalisateur en chef du projet auquel on se réfère sous le nom de « moving picture expedition » (expédition en images animées). La version définitive du film, intitulée Romance of the Far Fur Country,  est présentée en première en 1920 lors des célébrations du 250e anniversaire de HBC à Winnipeg.

Quant à Robert Flaherty, ce n’est qu'en 1922, après un second voyage dans le Grand Nord, qu'il est finalement en mesure de terminer Nanouk l'Esquimau, qui connaît un grand succès. En 1989, la Bibliothèque du Congrès des États-Unis sélectionne Nanouk l’Esquimau pour figurer parmi les 25 premiers films à conserver dans le National Film Registry. En 1999, le film est distribué sur support DVD par la société The Criterion Collection. Tandis que Nanouk l'Esquimau est encensé par la critique et connait un énorme succès, Romance of the Far Fur Country tombe dans l'oubli.

Bien qu’il n’existe aucun exemplaire connu du dernier montage de Romance of the Far Fur Country, le métrage non monté du film languit pendant des décennies dans une relative obscurité au British Film Institute avant d'être finalement transféré, en 2011, au centre d’archives de la Compagnie de la Baie d'Hudson au Manitoba. Le film est parrainé par un petit nombre d'archivistes et d’universitaires qui en connaissent l'existence. Un documentaire sur le film oublié, intitulé On the Trail of the Far Fur Country,  sort en 2014. Le cinéaste Kevin Nikkel y relate les événements entourant le projet du film original ainsi que ses voyages récents au sein des mêmes communautés où le métrage original de 1919 a été tourné.

Pour en apprendre davantage au sujet des deux films, lisez cet article du magazine Canada’s History (en anglais seulement), ou celui-ci sur le tournage de Kevin Nikkel grâce auquel Romance of the Far Fur Country est sorti de l'oubli.  

Pour visionner Nanouk l’Esquimau (en anglais), cliquez sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=m4kOIzMqso0