(untitled)

Annonce de manteau de couverture, 1922

Annonce de manteau de couverture, 1922

 

Vers les années 1700, les couvertures à points représentent plus de 60 % de toutes les marchandises échangées dans le cadre du commerce des fourrures. En raison de sa qualité et de son style, la couverture à points HBC à rayures multicolores est un matériau de prédilection pour la confection deêtements tels que le caban traditionnel, ce fameux manteau de style portefeuille fait à la main, qui date du milieu du XVIIe siècle. Mais un autre manteau de couverture a lui aussi une longue histoire.

Plus de 100 ans s'écoulent avant l'introduction des premiers modèles commerciaux de manteaux de couverture HBC, en 1922. Ces vêtements combinent la chaleur et le confort du caban traditionnel avec le style et l'ajustement d'un vêtement de tailleur. Ce manteau croisé, tombant à mi-cuisse et présentant boutons et poches appliquées, est idéal pour les activités hivernales. Il est offert en tons unis seulement : gris, vert foncé, kaki, marine, rouge ou blanc. Les points de la couverture sont sous l'aisselle gauche. Il est également doté du sceau de qualité.

Dès 1929, le succès du manteau de couverture convainc HBC de lancer une gamme complète de vêtements de couverture pour homme, femme et enfant. Le tissu est confectionné en Angleterre et expédié au Canada en rouleaux. Plusieurs fabricants de Winnipeg se succèdent pour fabriquer les manteaux jusqu'à l'an 2000. Au fil du temps, les modèles se multiplient, jusqu'à l'apogée dans les années 1970. On trouve des canadiennes faites de laine plus légère, avec doublure en laine et extérieur hydrofuge amovible. Les modèles simples et croisés de longueurs diverses prédominent, et des parkas et des vestes aviateurs complètent la sélection.

Le parka style eskimau, 1979

Le parka style eskimau, 1979

La veste club, 1979

La veste club, 1979

Le manteau olympique traditionnel, 1965

Le manteau olympique traditionnel, 1965

 

Malgré les multiples couleurs offertes, le modèle traditionnel à rayures multicolores demeure le plus populaire et est bientôt connu sous le nom de «manteau de la Compagnie de la Baie d'Hudson». Par extension, le manteau de HBC est devenu symbole canadien dans le monde entier et devient le manteau officiel du personnel et des athlètes canadiens aux Jeux d'hiver durant toutes les années 1960.

Aujourd'hui, les manteaux faits à partir de couvertures à points HBC demeurent très populaires. On les aperçoit dans les rues d'un bout à l'autre du pays. Il n'est pas étonnant que ces pièces fassent l'objet d'un important commerce dans les magasins d'occasion, les boutiques vintage et sur les sites de vente en ligne tels que eBay. Coloré, chaud et commode, le manteau de couverture HBC a passé l'épreuve du temps et mérite son titre de classique hivernal canadien. Compte tenu de ces caractéristiques et de son association au Canada, il était sans doute inévitable qu'un produit aussi emblématique attire l'attention des designers mode partout au monde.

À la fin des années 1970, le designer français Jean-Charles de Castelbajac s'inspire de la couverture HBC pour créer un manteau qui ne manque pas d'attirer l'attention. C'est peut-être ce qui motive HBC, en 1981, à commander des manteaux de couverture à cinq créateurs canadiens : Alfred Sung, Pat McDonagh, Leo Chevalier, John Warden et Jean-Claude Poitras. Leurs créations connaissent une popularité suffisante pour que la Compagnie décide d'en faire une production limitée cet automne-là. À peine dix-neuf exemplaires de chaque modèle sont fabriqués; ils se vendent entre 600 $ et 800 $. Le Musée royal de l'Ontario en demande un pour sa collection de vêtements griffés. La Compagnie fait don au Musée du modèle créé par Alfred Sung, un manteau portefeuille droit, sans col, avec les épaules arrondies et du cuir doré aux coutures et aux bords.

Le moment n'aurait pu être mieux choisi : en 1981, la mode canadienne prend littéralement l'Europe d'assaut :

L'automne 1981 annonce la popularité d'expressions telles que «allure baie d'Hudson», «allure trappeur», «style poste de traite», «image de bûcheron», etc. à Paris, à Londres et à Rome. «Une inspiration nouvelle arrive du Grand Nord canadien», indique l'influent Fashion Folio International. Autres thèmes : «allure baie d'Hudson» et «allure trappeur canadien» manteaux de couverture à points ou adaptations, parkas, anoraks... cuir, peau de mouton et franges.»

Audrey Gostlin, Toronto Calendar Magazine, le 3 avril 1981 

De Castlebajac continue ses expériences avec la couverture HBC en créant cette fois-ci une veste; l'Américain Geoffrey Beene en fait autant : son spectaculaire manteau du soir écarlate avec bordures argentées fait fureur en 1984.

Près de 30 ans plus tard, la Baie s'intéresse de nouveau au possible mariage entre la couverture à points et les designers canadiens. En décembre 2009, la Baie lance sa nouvelle collection de la Compagnie de la Baie d'Hudson; il s'agit d'une marque mode de vie canadienne mettant en vedette des vêtements, des accessoires, des articles de décoration intérieure et des articles saisonniers spécialisés. Pour célébrer le lancement de la collection, elle invite dix designers mode canadiens à créer un manteau unique à partir d'une couverture à points de la Compagnie de la Baie d'Hudson. En décembre 2009, leurs créations sont exposées au magasin la Baie de Queen Street, à Toronto, sous le titre Blanket Statement: 10 Point Blankets x 10 Canadian Designers. L'exposition se transporte ensuite au magasin du centre-ville de Vancouver, à l'occasion des récents Jeux olympiques d'hiver de 2010. «Nous recherchions une collaboration qui nous permettrait de faire quelque chose de spécial à l'occasion des Jeux olympiques pour faire connaître la marque et faire la promotion de la création mode canadienne à l'échelle internationale», a déclaré Suzanne Timmins, directrice principale de la Mode à la Baie.

Manteau court à capuchon créé par Smythe, 2009

Manteau court à capuchon créé par Smythe, 2009

Comrags, Erdem Moralioglu, Harricana par Mariouche, Jeremy Laing, Klaxon Howl, Krane, Lida Baday, Pink Tartan, Smythe et Todd Lynn ont chacun reçu une couverture à points de la couleur de leur choix pour créer un manteau contemporain. Aucune limite n'a été imposée à l'imagination et à la créativité des designers. Le résultat, digne d'une galerie, incluait un vaste éventail de styles : veste aviateur, cabans trois-quarts pour homme et femme, cape et manteau pleine longueur avec garniture en fourrure; il y avait même une silhouette avec tournure!

Nous avons récemment passé une commande spéciale de 100 unités du manteau conçu par Smythe pour la vente à la superboutique olympique de Vancouver, où il est offert pour 695 $. Qu'ils soient modernes ou anciens, les manteaux faits de couvertures à points HBC demeurent des incontournables hivernaux.